Photo d'Ewann Guezenec

Au mois de décembre, les lycéens étaient dans la rue pour protester contre les réformes du baccalauréat et la plateforme Parcoursup. Malgré cette mobilisation, ils ont l’impression de ne pas avoir été écoutés, commme le souligne Ewann Guezennec, 17 ans, l’un des instigateurs du mouvement lannionnais. 

 

Le 11 décembre 2018, 300 lycéens du lycée Félix Le-Dantec ont manifesté. Comment l’administration du lycée a-t-elle réagi face à cette mobilisation ? 

Ça n’a pas été facile… On a organisé une réunion avec les délégués afin d’informer les différentes classes. La proviseure y participait. À la fin, elle a dit que ceux qui participeraient à la manifestation s’exposeraient à des sanctions. Elle a aussi envoyé des mails aux parents*. Cette réaction nous a beaucoup déçus. On a eu l’impression que la direction nous mettait un couteau dans le dos.  

Dans quelle mesure vous sentez-vous écoutés ? 

Nous avons surpris de voir à quel point nos manifestations étaient relayées par les médias. On nous entend, on nous voit, mais on ne nous écoute pas. Ça a quand même été un mouvement majeur dans tout le pays et pourtant rien n’a bougé. Si les mesures prises par le gouvernement nous concernent directement, celui-ci ne prend pas en compte nos désaccords. On ne peut rien faire parce qu’on n’a pas le droit de vote, il nous reste seulement l’option de la manifestation pour espérer nous faire entendre… 

Avez-vous l’impression que ces manifestations lycéennes sont crédibles ? 

Non, une partie de l’opinion publique nous considère comme trop jeunes. Pourtant, à 16 ou 17 ans, on commence quand même déjà à réfléchir. En plus de ça, on voit beaucoup de personnes sur Facebook qui disent qu’on ne fait ça que pour sécher les cours. Ça nous décrédibilise complètement et c’est faux. On ne va pas se mentir, certains le font, mais c’est une minorité, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac.  

 

* Ces propos ont été réfutés par le lycée : « Ce discours n’a jamais été tenu aux élèves. Aucun élève n’a été ou ne sera sanctionné pour sa participation à la manifestation du 11/12/2018 », a affirmé un membre de la direction.

 

Lena Guillaume

Lire également: Orientation : les lycéens choisissent-t-ils vraiment leur parcours ?