Certaines personnes handicapées majeures sont aidées par des curateurs ou tuteurs, des membres de leur famille ou bien des professionnels. Avoir une aide, un choix difficile à accepter pour certains.

Dans les locaux aux murs blancs de l’Association costarmoricaine d’accompagnement et de protection (ACAP), Youenn Douillard, un jeune homme de 32 ans à la barbe brune, discute avec Pascal Guégan. Cela fait près de cinq ans que Youenn est suivi par Pascal, son curateur.

Une personne sous curatelle est autonome mais a besoin d’assistance, notamment pour gérer son argent. Il existe aussi des personnes sous tutelle, qui ne sont pas indépendantes, c’est une mesure de protection plus lourde que la curatelle. En France, c’est le juge des tutelles qui décide de mettre une personne sous protection judiciaire. En 2014, ils étaient 680 000 majeurs à être sous tutelle et curatelle. Tous sont suivis par une personne, soit de la famille, soit par un professionnel. Leur but est d’aider la personne, souvent handicapée, âgée ou bien ayant un problème psychiatrique.

Une aide pour certains…

Il y a quelques années, Youenn était alcoolique et n’arrivait plus à gérer son argent. Les problèmes de santé arrivent. Avec ses parents, il décide de rencontrer un juge des tutelles pour trouver une solution. Le juge tranche : un curateur l’assistera.

Pour le jeune homme, cette décision a radicalement changé son mode de vie. Son curateur a eu un rôle primordial dans sa sortie de la maladie. Cela fait quatre ans qu’il est abstinent. « Au début, ça peut être un peu perturbant de laisser un inconnu entrer dans sa vie, lui raconter tous ses problèmes. Il m’a fallu une année pour me rendre compte que ça m’aidait vraiment. Pour moi, ça a été un soulagement. »

En septembre 2019, Youenn Douillard repassera devant le juge des tutelles pour observer son évolution et trancher s’il a toujours besoin d’un professionnel. Mais le jeune Trégorrois en est certain, « c’était la première fois, mais surtout la dernière », assure-t-il, le sourire victorieux. Même si sa santé en a pris un coup, aujourd’hui son moral est au zénith.

… une contrainte pour d’autres

Mais tout le monde n’arrive pas à accepter cette aide. « Certaines personnes voient ça comme une contrainte, ça les gène qu’on gère leur budget, qu’on ne leur donne pas la somme d’argent qu’ils souhaitent. Mais on ne peut pas leur donner 80 euros d’argent de poche si cela nous empêche de payer leur loyer », explique Pascal Guégan.

Le curateur protège le patrimoine de la personne. Il intervient pour l’assister lors d’un divorce, un mariage, une succession ou une transaction immobilière. Le tuteur protège la personne en elle-même, étant plus vulnérable.

Afin de trouver un compromis, les curateurs tentent de faire de la pédagogie, d’expliquer pourquoi ce n’est pas possible de donner tout cet argent. « Aujourd’hui, on ne décide plus pour eux, on prend nos décisions ensemble », explique Pascal Guégan.

Vers une fin de l’infantilisation des personnes handicapées

Frédéric Thebault, le président de l’ACAP Guingamp, a observé une nette amélioration dans le traitement des personnes sous curatelle. « Il y a quelques années, la loi les nommaient “personnes incapables”. Aujourd’hui, ce sont des “personnes protégées”. » La loi laisse de plus en plus de libertés aux personnes sous curatelle. Plus le temps passe, plus celles-ci sont favorables à l’autonomisation des personnes mises sous curatelle et tutelle.

En France, 300 000 personnes sous tutelle, à cause de leur handicap ou d’un crime, n’ont pas le droit de vote. Elles ont été jugées dans l’incapacité d’exercer leur citoyenneté. La secrétaire d’État en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a promis que toutes les personnes sous tutelle pourront se rendre aux urnes d’ici 2020.   

Lily Jaillard